Le masque est une des plus anciennes expression des sociétés humaines. Il peut avoir plusieurs fonctions : cacher, symboliser, protéger et décorer.

Pour les réaliser, j’utilise le Grès. Après une première cuisson à 980°, ils supportent une deuxième cuisson à 1280° afin que le grès soit à son optimum de dureté et ait sa couleur définitive. Une troisième cuisson à 1000° est nécessaire lorsqu’un émail de faïence est appliqué. Pour terminer, une patine donnera de la profondeur aux masques.

Ces masques peuvent être soit accrochés, soit mis sur pied.

Certains masques sont également cuits en Raku. Contrairement à une cuisson du grès, la cuisson raku est courte et la température de maturation de l'émail est d'environ de 960°C. Le choc thermique induit des rétractions différentes de l'émail et de la terre : des craquelures apparaissent dans la glaçure. La pièce, plongée dans un récipient contenant des matières organiques. L'absence d'oxygène modifie les couleurs de l'émail, les oxydes métalliques s'irisent, le carbone dégagé par la combustion des matières organiques pénètre les craquelures de l'émail et y dessine de subtils réseaux noirs. Les pièces en raku gardent la magie de cuisson des pièces uniques.

Vous ne vous lasserez pas de les regarder ! 

Les masques présentés sont disponibles à la vente. Pour avoir d'autres vues de la pièce sélectionnée et des détails supplémentaires, cliquez sur le masque de votre choix. Une flèche à droite de la page vous permet d'avancer pour voir les réalisations suivantes.